Markten:
Markten inladen...

SAMEDI 14 DéC

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

La résistance aux antibiotiques fait des ravages dans le bétail

Logo Business AM
Économie

15/11/2019 | Sonia Romero | 3 min de lecture

La résistance aux antimicrobiens (RAM) a presque triplé chez les poulets et les porcs dans les pays en développement depuis 2000.

Voilà de quoi ravir les véhémences de la communauté vegan et peut-être en convertir certains. La résistance aux antibiotiques a grimpé en flèche chez les animaux destinés à l’alimentation depuis 2000. Ce sont surtout les poulets et les porcs qui sont touchés. En cause: l’appétit croissant des pays en développement pour les protéines animales, qui “provoque” une surconsommation d’antibiotiques pour le bétail. Celui-ci y est donc devenu trois fois plus résistant, selon un rapport de la revue Science

E. Coli et la salmonelle concernés

Cela nous concerne directement, puisqu’il s’agit d’antibiotiques pour des bactéries pathogènes facilement transmissibles des animaux aux hommes. Parmi celles-ci, l’E. Coli et la salmonelle. Entre 2000 et 2018, les chercheurs ont démontré que les antibiotiques utilisés ont ainsi échoué plus de la moitié du temps chez 40% des poulets et un tiers des porcs élevés pour la consommation humaine. Cette croissance signifie aussi que presque trois quarts des antibiotiques dans le monde sont désormais utilisés sur les animaux plutôt que sur les humains. Ceux-ci en consomment trois fois plus que les hommes.

Les pays les plus touchés sont la Chine et l’Inde mais le Brésil et le Kenya se dessinent comme nouveaux foyers. Si vous croyez vous rassurer en vous disant (égoïstement) que ces pays lointains ne vous concernent pas, sachez que le continent asiatique abrite plus de la moitié des porcs et des poulets du monde. Un véritable danger pour les animaux et les agriculteurs, mais pas que.

Un problème de santé mondial

« La résistance aux antimicrobiens est un problème mondial « , avertit le professeur Thomas Van Boeckel, auteur de cette étude. « Cette tendance alarmante montre que les médicaments utilisés en élevage perdent rapidement leur efficacité. » L’augmentation des taux de RAM chez les animaux se répercute sur la santé humaine. Un examen gouvernemental de 2016 prévoyait que 10 millions de personnes mourraient chaque année à cause de la résistance aux antibiotiques d’ici 2050… si la RAM continue de se développer au rythme actuel. Alors, toujours faim?


Logo Business AM

Business AM | Stocks