Markten:
Markten inladen...

SAMEDI 14 DéC

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Ce nouveau matériau capte le CO2: une solution miracle contre le réchauffement climatique?

Logo Business AM
Climat

12/11/2019 | Baptiste Lambert | 4 min de lecture

Le réchauffement climatique est notamment lié à la quantité, trop importante, de CO2 dans l’atmosphère. Depuis peu, la géo-ingénierie et la capture de CO2 se positionnent pour y faire face. Si beaucoup de ces solutions ont un coût, financier ou écologique, très élevé, un nouveau matériau pourrait jouer les produits miracles.

Les énergies fossiles, si elles ont permis un développement sans précédent de l’humanité, ont un grand défaut: elles rejettent du dioxyde carbone (CO2), lequel contribue au réchauffement de la planète.

Le coupable est donc tout trouvé. C’est pourquoi des scientifiques planchent sur des solutions pour éliminer ce surplus de CO2 afin d’empêcher l’effet de serre qu’il provoque. Parmi elles, on peut citer la géo-ingénierie qui s’emploie à capturer ce CO2 pour ensuite l’éliminer ou le transformer.

Cette méthode controversée, car elle sous-entend que l’on peut continuer à consommer comme on l’a toujours fait, a franchi une nouvelle étape en septembre dernier. Une équipe de chercheurs a développé un matériau capable de capturer du CO2 de manière efficace. Ils ont publié leurs recherches dans la revue Nature Communication, avant d’annoncer publiquement leur trouvaille sur le site de l’université de Kyoto, le 11 octobre, relaye Numerama.

Comment ça marche?

Qu’a-t-il de particulier? Il s’agit d’un matériau poreux qui peut spécifiquement capturer les molécules de CO2 et les convertir en matières organiques. Le tout de manière « rapide et efficace ».

Pour les curieux, ce matériau appartient à la catégorie des polymères de coordination poreux (PCP). Il a été conçu à partir d’ions métalliques de zinc et d’un composant organique qui possède une structure en forme d’hélice. C’est cette même structure qui pivote à l’approche du CO2 pour finalement le capturer.

Mindy Takamiya, Université de Kyoto.

Résultat: une captation dix fois plus efficace que pour les autres PCP déjà testés. Le tout avec une certaine longévité puisque l’opération fonctionne toujours après dix réactions. Tout en sachant que ce PCP est recyclable quand il est en fin de vie.

Mieux: une fois le CO2 capturé, le polymère peut être utilisé dans l’industrie, notamment pour confectionner nos vêtements ou nos appareils ménagers. Il peut aussi être recyclé en carbonates cycliques, utilisés dans la pétrochimie ou l’industrie pharmaceutique.

L’université va maintenant travailler à son développement.

Initiatives belges

En Belgique aussi, on travaille sur des solutions qui permettraient de capturer du CO2. Ces technologies sont actuellement développées à Gand, chez ArcelorMittal et Dow Benelux, ou encore au port d’Anvers.

Leur sujet d’étude: produire du méthanol à partir du CO2 que ces entreprises rejettent. Le projet court jusque 2020 et sera évalué en termes de faisabilité technique et économique.

La capture du CO2 reste toutefois polémique, car elle résulte d’un choix idéologique. Celui du contrôle du climat par la technologie face à la nécessité de réduire notre consommation, et de trouver des alternatives aux énergies fossiles.


Logo Business AM

Business AM | Stocks